LES PARENTS TOXIQUES

Vous avez sans doute des éléments interessants à faire partager, et bien cette rubrique est là pour ça !
  • Auteur
    Messages
Fleurilège
Messages : 1355
Enregistré le : 19 Mar 2009, 07:33
Localisation : REZE LES NANTES
Contact :

LES PARENTS TOXIQUES

Messagepar Fleurilège » 24 Avr 2012, 21:12

http://m-la-loggia.suite101.fr/les-pare ... ward-a2818

Un livre passionnant, très instructif.

Les Grecs de l'Antiquité avaient un problème. Les dieux les surveillaient du haut de leur terrain de jeu céleste, au sommet du mont Olympe et jugeaient leurs faits et gestes. Si les dieux n'étaient pas satisfaits, ils étaient prompts à punir. Ils n'avaient pas à être gentils, ils n'avaient pas à être justes, ils n'avaient même pas à avoir raison. En fait, ils pouvaient se montrent totalement irrationnels. Selon leur fantaisie, ils pouvaient vous transformer en écho ou vous obliger à pousser un rocher vers le haut d'une montagne pour l'éternité; Inutile de préciser que l'imprévisibilité de ces dieux tous-puissants avait pour effet de répandre sur leurs mortels disciples une bonne dos de confusion et de frayeur.
Cela ressemble assez à nombre de relations entre les parents toxiques et leurs enfants. Un parent imprévisible est un dieu redoutable aux yeux d'un enfants.
Lorsque nous sommes très jeunes, nos parents sont comme des dieux, ils représentent tout pour nous. Sans eux, nous n'aurions ni amour, ni protection, ni abri, ni nourriture, et nous éprouverions une terreur perpétuelle, sachant que nous serions incapables de survivre seuls, sans ces tout-puissants bienfaiteurs qui pourvoient à tous nos besoins.
N'ayant rien ni personne à qui les comparer, nous supposons qu'ils sont des parents parfaits. Lorsque notre univers s'élargit au delà de notre berceau, nous éprouvons un besoin grandissant d'entretenir cette image de perfection, comme un rempart qui nous protège de ce monde inconnu avec lequel nous commençons à entrer en contact. Tant que nous croyons que nos parents sont parfaits, nous nous sentons en sécurité.
Au cours de la deuxième et troisième année de notre vie, nous commençons à revendiquer notre indépendance. nous résistons à l'apprentissage de la propreté et nous nous rebellons. C'est ce que nous, Américains, appelons terrible twos (les deux ans terribles). Nous adoptons le mot non parce u'il nous permet d'exercer une sorte de contrôle sur notre vie, alors que oui n'est qu'un simple acquiescement. Nous nous battons pour nous constituer une identité propre, pour affirmer notre volonté personnelle.Le processus de séparation entre enfants et parents atteint son point culminant pendant la puberté et l'adolescence, lorsque nous nous opposons activement aux goûts et à l'autorité de nos parents. Dans une famille normalement équilibrée, les parent sont capables de supporter, pour une large part, l'angoisse que ces changements provoquent chez leurs enfants. Dans l'ensemble, ils essaient de tolérer, sinon d'encourager réellement, l'indépendance puissante de ce dernier. l'expression "c'est un moment à passer" devient le réconfort classique des parents compréhensifs qui se rappellent leur propre adolescence et considèrent la révolte comme un étape normale du développement émotionnel.
Les parents toxiques ne sont pas si compréhensifs. Depuis l'apprentissage de la propreté jusqu'à l'adolescence, ils ont tendance à considérer la révolte ou même les différences individuelles comme une attaque personnelle. ils se défendent en renforçant l'incapacité et la dépendance de leur enfant. Au lieu d'encourager un développement sain, ils le sapent inconsciemment, souvent persuadés qu'ils agissent au mieux des intérêts de leur enfant. ils répètent bien souvent des phrases comme "cela forge le caractère" ou "elle a besoin d'apprendre la différence entre le bien et le mal"; mais cet arsenal de négativisme effectue de véritables ravages sur l'amour-propre de l'enfant, sabotant toute velléité d'indépendance. il importe peu que la plupart de ces parents soient persuadés d'avoir raison, de telles agressions perturbent l'enfant, le troublent par leur hostilité, leur véhémence et leur soudaineté.
Notre culture et nos religions sont presque unanimes à soutenir l'omnipotence de l'autorité parentale. il est admissible de se mettre en colère contre son mari, sa femme, son amant, ses frères et soeurs, son patron ou ses amis, mais l'opposition impérieuse contre ses parents est pratiquement considérée comme taboue. Combien de ois avons-nous entendu les phrases : "ne réponds pas à ta mère" ou "ne t'avise pas d'élever la voix contre ton père"? La tradition judéo-chrétienne a enchâssé le tabou dans notre inconscient collectif en déclarant Dieu le "père" et en nous ordonnant : "Tu honoreras ton père et ta mère". Le précepte trouve des défenseurs dans nos écoles, notre gouvernement (le "retour au valeurs familiales") et même dans nos entreprises. D'après la sagesse populaire, nos parents ont le pouvoir de nous diriger simplement parce qu'il nous on donné la vie.
L'enfant est à la merci de ses parents-Dieux et, comme les Grecs, il ne sait jamais quand la foudre va tomber. mais l'enfant de parents toxiques sait qu'elle va sûrement tomber tôt ou tard. Cette peur s'enracine profondément et se développe en même temps que l'enfant. Au plus profond de chaque adulte qui a tété autrefois victime de mauvais traitements, se cache un petit enfant terrifié et impuissant.
Si je suis ce que je possède, le jour où je perds tout, qui suis-je?

6eme soleil
Messages : 46
Enregistré le : 20 Sep 2011, 17:22
Localisation : CHALON SUR SAONE 71

Messagepar 6eme soleil » 24 Avr 2012, 21:21

je l'ai lu: très instructif en effet...
6EME SOLEIL
"souviens toi du jour"

boreale

Messagepar boreale » 26 Avr 2012, 06:58

Fille d'une mère perverse-narcissique, je me suis beaucoup retrouvée dans cet ouvrage, et quand je lis ton extrait :

L'enfant est à la merci de ses parents-Dieux et, comme les Grecs, il ne sait jamais quand la foudre va tomber. mais l'enfant de parents toxiques sait qu'elle va sûrement tomber tôt ou tard. Cette peur s'enracine profondément et se développe en même temps que l'enfant. Au plus profond de chaque adulte qui a tété autrefois victime de mauvais traitements, se cache un petit enfant terrifié et impuissant.*

je me retrouve aussi dans mon vécu avec elle, mélange de peur et d'angoisse, à l'affût du moindre changement d'humeur qui me paniquerait. Encore aujourd'hui à 51 ans elle me panique (d'ailleurs j'ai préféré couper les ponts) et je fuis les situations de conflit, je ne m'entoure que de personnes paisibles et stables.
Merci florilège!
bises

Fleurilège
Messages : 1355
Enregistré le : 19 Mar 2009, 07:33
Localisation : REZE LES NANTES
Contact :

Messagepar Fleurilège » 26 Avr 2012, 07:42

Je pense qu'il est important d'avoir cette prise de conscience, car toutes ces peurs, ne sont en fait que le reflets des peurs de ce parents.

S'en sortir, c'est arriver à surmonter puis à éprouver de la compassion.
je n'en suis pas encore là, mais j'y travaille
c'est pour moi une étape essentiele dans mon cheminement spirituel
Si je suis ce que je possède, le jour où je perds tout, qui suis-je?

boreale

Messagepar boreale » 26 Avr 2012, 07:51

oui en prendre conscience....
j'ai découvert cet ouvrage chez ma psychotherapeute il y a quelques années, et c'était une revélation.
J'ai en effet réussi à en tirer le positif, d'ailleurs je l'ai remerciée pour tout ce qu'elle m'a apporté culturellement, musique, etc...car c'est une femme très riche à ce niveau. Je l'ai retrouvée deux ans au moment de la mort de son mari, je pense que c'était voulu, puis il a été nécessaire pour moi de ne plus donner suite, ce qu'elle a fait aussi. Trop de douleurs encore présentes, de larmes avec elle. Donc je choisis la paix, pour moi, j'ai pardonné mais je n'oublie pas.

manou
Messages : 3976
Enregistré le : 25 Avr 2006, 13:47
Localisation : ST MALO

...

Messagepar manou » 26 Avr 2012, 10:39

et pour grandir, il faut toujours faire tomber les parents de leur piédestal (= la révolte adolescente en général, normale !!!)
On dit qu'il faut "tuer le père" (plus pour les fils) et la "mère" (pour les filles).... cela n'a rien de meurtrier bien sur :wink: c'est juste symbolique,.... les parents AVERTIS, formés, normaux, comprennent cela et n'en font pas grief à leur enfant.... ILS attendent patiemment que ceux ci passent le cap et renouent ensuite des relations plus d'égal à égal...
MAIS dans aucun cas les uns et les autres doivent "se piller".... (voir les chapitres à ce propos aussi dans la P.A. - 4, 5 et 6èmes révélations....)
ON fait comme si c'était naturel de savoir élever, éduquer....des enfants.... mais dans chaque curriculum familial il y a des failles.... à soigner, à guérir, à résoudre dans le transgénérationnel....
On devrait apprendre à devenir parents....
apprendre aux enfants (collège) comment nous fonctionnons....
(L'école de PALO ALTO avait préconisé la Thérapie Familiale, mais c'est compliqué pour diff raisons.....)
Je n'ai pas pratiqué ce dont Gégé parle...."les constellations", surement intéressant....

Hier je suis tombée à la Bibliothèque sur un livre intéressant a priori, sur les thérapies brèves....
"Les Thérapies brèves" de Dominique MEGGLE (SATAS pr cette édition...)
il est un peu cher, mais on peut le trouver (la preuve) en bibliothèque....
http://www.coaching-pnl.com/therapie-br ... rview.html

Je vous souhaite une bonne journée....
Bises lumineuses
Manou
"Pour réussir sa vie il faut avoir des rêves... " positifs cela va de soi :-)


Retourner vers « Partage »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : ahrefs/robot et 1 invité